Test : Grinderman II
Non classé
Juin15

Tags

Posts relatifs

Partagez

Test : Grinderman II

Grinderman est sans doute ce qui pouvait arriver de mieux à Nick Cave, et peut être au rock en général.

 

Song Writer reconnu, mélodiste de talent, Nick Cave avait un peu perdu le feu sacré au cours des années 2000.

Non pas que les albums des Bad Seeds soient mauvais, mais ils étaient souvent dominés par des ballades ou des chansons calmes,

mettant en valeur les textes du compisoteur et oubliant au passage la rage des premières années.

Heureusement, la formation de Grinderman en 2007 a ravivé la flamme, la rage punk du Birthday Party.

Ce deuxième album marque la montée en puissance de Warren Ellis, violoniste et multi-instrumentiste du groupe au look de Raspoutine.

Son influence dans le groupe se ressent avec des compositions toujours aussi puissantes agrémentées de sons étranges, d’effets sortis d’instruments improbables.

Nick Cave n’a rien perdu de sa verve et de son humour faisant de cet album une sorte de brulot blues punk servis par des quinquagénaires qui n’ont rien perdu de leur lubricité.

Grinderman II c’est un peu le calme et la tempête dans la même pièce, les chansons calmes sont distordues, les plus rapides sont frénétiques.

 

 

 

Le loup sur la pochette ne trahit pas le contenu. C’est un album sauvage, fait par de vieux loups qui n’ont pas totalement renoncés à leurs crocs.

Les vieux mâles dominants n’en ont peut être plus pour très longtemps à la tête de la meute, mais ils mordent encore et compensent leur décrépitude par leur férocité.

Bref, les petits rockeurs émos ont encore beaucoup apprendre des pervers pépères.

 

 

 

 

Grinderman II de Grinderman

     

Env 7 €

Notre note :