Avis : Ripper Street 1
Non classé
Jan21

Tags

Posts relatifs

Partagez

Avis : Ripper Street 1

Le mythe de Jack L’Eventreur est au centre d’une nouvelle série télé produite par la BBC. Mais pour une fois, il ne s’agit plus de réinventer l’histoire de ce serial killer jamais arrêté mais bien d’imaginer les conséquences de ses actes sur un quartier de Londres et sa police.

 

ripper1

Avril 1889, voici six mois que Jack l’Eventreur n’a tué personne. L’Est de Londres est dans une situation particulièrement tendue : les habitants n’ont plus foi dans la police et ont même constitué une sorte de milice pour veiller à sa sécurité. Les policiers du quartier sont pour leur part en plein doute. Ils pensent avoir laissé filé le meurtrier et ce sont toutes leurs méthodes qui sont remises en cause.
C’est que le quartier est loin d’être le plus facile de la ville. Très populaire, avec ses tripots, ses ruelles étroites et ses fight clubs clandestins, la violence et la misère y sont très présentes.
 

 
Quand le corps d’une femme est retrouvé, avec certains signes correspondant aux meurtres de Jack, la poudrière est sur le point d’exploser.
Heureusement, trois flics très différents vont mener l’enquête : l’Inspecteur Edmund Reid, un homme plutôt posé et droit, son collègue le Sergent Bennet Drake, plus prompt à jouer des poings et à se mêler aux voyous et le Capitaine Homer Jackson, un ancien détective américain qui travaillait pour l’agence Pinkerton et qui officie en temps que chirurgien (et conjoint d’une tenancière de bordel).
 
ripper3

 

Construit comme un procédural finalement assez classique, Ripper Street est une agréable surprise pour de multiples raisons.
La première c’est la qualité de sa reconstitution. La télé anglaise a toujours été très à l’aise pour reproduire la Londres victorienne, mais le coté un peu crasseux et glauque de Ripper est très bien rendu. Il faut dire que la série doit beaucoup au Sherlock Holmes de Guy Ritchie. Le grain de l’image et certains choix esthétiques sont communs aux deux productions. Même la musique semble avoir été recopiée sur celle du film. Toutefois, Ripper évite les excès et la touche steampunk des récentes aventures du grand détective.

Le second point fort de cette histoire, ce sont les personnages. Le trio bon/brute/truand est assez archétypal, mais chacun des trois principaux protagonistes possède sa part d’ombre et ses failles. De surcroit, l’interprétation est de très bon niveau, notamment de la part de Jerome Flynn qui joue le sergent Bennet mais que les fans de Games of Thrones reconnaitront pour son rôle de Bron.

 

ripper4

 

Enfin, l’intrigue développée tout au long de ce premier épisode est assez bien menée et utilise pas mal d’éléments caractéristiques de cette époque : les différences entre ceux d’en haut et ceux d’en bas, les progrès technologiques, la modernisation de la police, l’influence de la presse etc…

Bref, Ripper Street est une réussite de plus à mettre à l’actif de la télévision anglaise. Pendant ce temps là, nous on a fait Vidocq et un mauvais remake des brigades du Tigre…

 

 

Notre avis :