Avis : An Adventure in Space and Time
Non classé
Nov22

Tags

Posts relatifs

Partagez

Avis : An Adventure in Space and Time

Si vous fréquentez la sphère geek, impossible d’échapper aux festivités des 50 ans de Doctor Who. En plus d’honorer la page de garde de Google, le Docteur va avoir un épisode spécial particulièrement attendu. Pourtant, ces réjouissances ont une autre composante toute aussi importante : un téléfilm qui retrace la création de la série et ses premières années.

adventure1

 

An Adventure of Space and Time nous plonge en Angleterre, dans les années 60. Très exactement entre 1963, année de création de la série, et 1966 qui verra le départ de William Hartnell, le premier interprète du Docteur.

 

 

Dans une ambiance très Mad Men, avec un peu de machisme, beaucoup de cigarettes et de jolis costumes comme la BBC sait si bien le faire lors de ses reconstructions historiques, le téléfilm permet d’assister à la naissance du show et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas gagné.

En effet, si au départ l’idée revient à Sydney Newman un producteur plutôt malin à qui l’on doit aussi Chapeau Melon et Bottes de Cuir, c’est une femme qui va réellement lancer la série : Verity Lambert. Propulsée à la tête du show, elle doit faire face à bon nombres d’obstacles notamment parce qu’elle est la première femme à accéder à de telles responsabilités.

adventure4

 

S’ajouteront la difficulté de faire de la science fiction, les limites de budget, la présence d’un réalisateur « indien », les contraintes de place ou même l’impératif de ne pas utiliser de robots et de vrais monstres dans une série qui se veut aussi éducative que distrayante.

Autre obstacle, trouver et gérer l’acteur principal, William Hartnell, un homme à la cinquantaine bien tassée dont la consommation intensive d’alcool et cigarettes affecte la santé, et sans doute le caractère.

adventure2

 

Et pourtant la série va marcher et devenir un phénomène. Le reste est connu mais An Adventure in Space and Time arrive à rendre cette histoire attachante et presque épique. Pourtant, elle est aussi assez triste car finalement la création devient plus forte que ses créateurs, ce qui va se traduire par les départs successifs des protagonistes de la première heure et notamment de Hartnell.

Pas besoin de connaitre tous les détails de la série pour comprendre ce téléfilm, même si bien être fan aide un peu. Voir les premières images de Dalek où la création du TARDIS n’a pas tout à fait le même effet quand on connait le show. De même une certaine séquence située vers la fin (et qu’il serait dommage de spoiler ici) a un impact énorme quand on suit Doctor Who aujourd’hui.

adventure3

 

La reconstitution est pratiquement parfaite, les acteurs excellents et l’histoire est suffisamment bien menée et rythmée. On pourra tout de même chipoter en remarquant quelques oublis ou approximations (la partie sur la musique est trop rapide). De même, certains faits ont été adoucis, notamment la mauvaise humeur d’Hartnell qui était sans doute moins sympathique en réalité.

Reste que ce téléfilm est l’hommage parfait à cette série pas comme les autres. C’est même un complément indispensable à l’épisode des 50 ans. En attendant bien sur qu’un jour une fiction nous raconte les difficultés rencontrées pour réaliser l’épisode des 50 ans. Mais ça, ce sera en 2063.

Notre avis :