Avis : Amazing Spider-Man 2
Non classé
Mai05

Tags

Posts relatifs

Partagez

Avis : Amazing Spider-Man 2

Les super héros ont la côte au cinéma, et tout le monde veut sa part du gâteau Marvel, quitte à faire n’importe quoi. Sony nous en donne une preuve supplémentaire avec les nouvelles aventures pas du tout attendues de l’homme araignée qui n’a vraiment rien d’amazing.

 

amazing-spider-man

 

Il y a deux ans, sortait Amazing Spider-Man, film aussi insipide qu’inutile qui ne devait son existence qu’à une histoire de gros sous : si Sony ne sortait pas de films Spider-Man, il perdait la licence qui revenait dans le giron de Marvel. Ainsi donc Amazing Spider-Man proposait le remake d’une franchise qui n’avait pas dix ans pour raconter sensiblement la même histoire que le premier film de Sam Rami, en beaucoup moins bien.

Maintenant que la licence était sécurisée, on pouvait en espérer davantage pour cette suite, ou tout du moins, une vraie proposition de cinéma, quelque chose de nouveau par rapport au personnage.

Que nenni ! Non seulement cette suite tourne presque à vide, mais elle s’inspire de deux mauvais exemples  : Batman & Robin et le vieux Spider-Man 3.

Amazing-Spider-Man-2

 

Du premier, énorme bouse intergalactique qui restera sans doute à jamais le pire film de héros en costumes de l’histoire du navet, ASM2 reprend le concept du méchant grotesque. Ici, c’est Electro, l’un des vilains emblématiques du comics qui sert de bouffon au film. Et bouffon version gros bouffon, pas bouffon avec un couteau et un sourire qui fait peur.

Donc l’Electro en question est au départ un pauvre employé d’Oscorp (la grosse boite qui fait plein de truc high tech) qui a mis au point le nouveau système électrique de New York. Très timide,il n’a pas d’amis, aussi quand Spider-Man lui sauve la vie et sort l’une de ses phrases type genre « t’es mon pote », le futur Electro se fait un film et s’imagine que le tisseur est son meilleur ami. Suite à un accident, il devient plus tard Electro, et la panique initiale de son état se transforme en folie destructrice quand Spidey ne se souvient plus de son nom, le jour de son anniversaire !

 

906429 - The Amazing Spider-Man 2

 

Sérieux ? Hélas oui, et Electro va accumuler divers jeux de mots à base de courant électrique qui viennent peu à peu nous rappeler que Schwarzy en Mr Freeze c’était déjà pénible mais qu’au moins c’était décalé. Heureusement, Electro est réussi visuellement et donne lieu à quelques jolis effets qui rappellent furieusement le Dr Manhattan de WatchMen, y compris dans son look bleuté. On ne peut pas en dire autant du deuxième méchant, le bouffon vert. Car, il y a un deuxième méchant, et même un troisième (le Rhino) voire un peu plus.

Personne ne semble avoir retenu la leçon de Spider-Man 3 : trop de méchants tuent le méchant (enfin c’est le gentil qui les tue mais c’est pareil). Donc on a un bouffon dont la présence est quasi anecdotique et le design digne d’un lifting par M6 Déco, et un Rhino grandguignol au possible. Et c’est là l’un des gros péchés de cette suite : le ton.

 

www.indiewire

 

Le film oscille entre du très sérieux, voire du tragique et des trucs grotesques qui font que les moments les plus graves tombent à plat. Le personnage de Peter Parker est symptomatique de cette schizophrénie. Sans doute parce qu’il nous est présenté comme un ado cool, ce que Parker n’est pas dans le comic.  Autre péché, les origines de Spidey : ses parents sont au centre de tout, et Oscorp est omniprésente dans le film. Si encore c’était fait avec un minimum d’intelligence, mais on atteint des sommets de ridicule. Par exemple (spoiler) le paternel envoie un message top secret pour dénoncer Oscorp au monde entier à un endroit trop bien caché…comme ça personne ne sera au courant !

Ajoutons quelques incohérences de script, des acteurs souvent très limites (Tante May est affreusement mal jouée) et surtout un gros problème de rythme : un peu d’action au début, un peu une heure plus tard et la fin une autre heure plus tard. Entre ça, vous pouvez aller chercher du pop-corn ou finir de télécharger Captain America 2. Le temps est bien long dans ce film qui ne raconte pas grand chose, tout en essayant maladroitement de teaser une suite où il y aura six méchants (les Sinister Six si vous connaissez la bd).

 

amazing-spider-man-2-andrew-garfield-emma-stone

 

 

Reste quelques rares éléments à sauver, comme la relation avec Gwen Stacy ou le design du Rhino. C’est bien peu pour un film qui est l’une des plus mauvaises adaptations Marvel depuis les 4 Fantastiques 2.

Tous les espoirs des « Marvel non officiels » reposent maintenant sur X-Men Days of Futur Past. Autant dire que ce n’est pas gagné !

Notre avis :