Avis : The Strain EP1
Non classé
Juil15

Tags

Posts relatifs

Partagez

Avis : The Strain EP1

En pleine mode des vampires qui brillent au soleil et redoublent cinquante fois leur dernière année de lycée pour se taper des jeunettes inexpressives, le réalisateur Guillermo del Toro s’est senti obligé de réagir. Avec son complice Chuck Hogan, il a écrit une trilogie de romans revisitant le mythe du buveur de sang en le rendant à nouveau dangereux et malsain. The Strain en est l’adaptation en série télé, et malgré quelques lourdeurs, elle ne semble rien avoir perdu de son…mordant.

The Strain (2014) (left) Mia Maestro as Nora Martinez

 

Ça commence comme le pilote de Fringe : un avion atterrit à l’aéroport JFK de New York. Il ne répond pas à la tour de contrôle et toutes ses lumières sont éteintes. Ne sachant pas trop à quoi elles ont affaire, et craignant une éventuelle menace bactériologique,les autorités font appel au CDC (Centre of Desease Control) pour pénétrer à bord et comprendre ce qui s’est passé. Pendant ce temps là à New York, un vieil homme tenant une boutique à mi-chemin entre l’antiquaire et le receleur d’objets bien mal acquis prend conscience du danger qui se profile : il arrive !

Qui est-ce IL ? Un mystérieux passager qui se trimbale dans un cercueil de trois mètres de haut et qui semble pressé d’arriver à destination avant le lever du jour. Et il n’est pas tout seul : il est aidé par des gens en costards cravates très puissants et prêts à tout pour s’assurer une certaine discrétion.

The-Strain-David-Bradley-850x560

Le Pilote de The Strain alterne diverses séquences allant du très conventionnel voire ridicule ( le « héros » du CDC en pleine conciliation avec son ex-compagne) au très classieux et gore (la première véritable apparition de la créature). La touche Del Toro, qui a réalisé l’épisode, est sensible, tout comme le sont ses obsessions. Il y a des créatures plus proches du mythe de Cthulhu que de Dracula, du gore, des références à la seconde guerre mondiale etc. On s’attendrait presque à voir débarquer Hellboy et le BPRD au milieu de l’aéroport ! Autre référence, Blade II du même réalisateur, dont les übervampires semblent avoir été un brouillon de The Strain.

img-web-the-strain-1400x750

Le rythme est excellent, sans longueurs ni précipitations et le mystère s’installe peu à peu entrecoupé de quelques séquences un peu flippantes. Et peu importe si certaines séquences sont légèrement grotesques ou donnent l’impression de passages obligés, tout est assumé. Del Toro joue avec les attentes et les clichés du genre, les exploite fièrement et de temps en temps, les détourne pour surprendre le spectateur. Toutefois, au niveau de ce pilote, les  entorses à la Bible Vampirique sont encore rares et principalement visuelles. De même, mieux vaut ne pas se poser trop de questions sous peine de soulever quelques incohérences parfois gênantes. Cependant l’épisode tient la route, et n’est de toute façon qu’un avant-goût de ce qui trame par la suite, qui logiquement devrait prendre forme d’ici trois ou quatre épisodes si la structure du roman est suivie jusqu’au bout.

the-strain_2

En revanche, la caractérisation des personnages principaux est faite à la hache, et on en sait peu à l’issue du pilote. Les acteurs ne déméritent pas, et on aperçoit quelques têtes connues comme David Bradley (Walter « Marriages » Frey) ou Sean Astin ( c’est trop lourd pour vous monsieur Frodon). Malheureusement, hormis le vieil antiquaire, la plupart des personnages ne sont que fonctionnels avec des tares des plus classiques (alcool, divorce etc). Autre petit défaut, que les lecteurs des romans remarqueront : ce pilote est trop explicatif. On sait très vite qu’il y avait quelque chose à bord de l’avion, ou comment fonctionnent les vampires à la Del Toro. Espérons que ça ne gâchera pas la suite de la saison mais certains effets de surprises sont déjà éventés.

the-strain-premier-trailer-angoissant-serie-dhorreur-guillermo-del-toro3

Malgré ces quelques imperfections, The Strain est l’un des meilleurs pilotes de la saison, à la fois ultra efficace et intriguant. Enfin une série fantastique qui n’est ni trop cheap, ni trop « famille » ou quinzième degré. En ces temps de Défiance, Dominion et autres Falling Skies, ça fait plaisir !

En bonus, une petite vidéo préquelle et la bande annonce :
 


 

 

Notre avis :