Avis : Doctor Who S8E4
Non classé
Oct15

Tags

Posts relatifs

Partagez

Avis : Doctor Who S8E4

Depuis combien de temps Doctor Who ne nous avait pas surpris avec un épisode concept ?

Ecrit par Moffat en personne, « Listen » nous montre que le scénariste a encore de beau restes, à moins qu’il ne soit un escroc de génie.

dwlistenposter_large

Doctor Who Saison 8 Episode 4 : Listen

(attention Spoilers)

 

Le nouveau docteur est différent. C’est le quatrième épisode qui nous le martèle, mais cette fois-ci c’est vraiment flagrant.
En effet, pendant tout Listen, Twelve va courir après une obsession. Ce n’est pas le Tardis qui l’emmène au devant du danger, ou une visite improvisée vers un monde et une époque merveilleuse qui ne seront que sources de problèmes.

p0263q7g

 

Non cette fois, le Docteur a une idée fixe et la suit : nous ne sommes peut-être jamais seuls. Alors bien sur, les fans de la série connaissent la réponse : entre les créatures qui se cachent dans le coin de l’œil, les Silence qui nous font oublier qu’on les a vu ou les bestioles qui squattent les ombres, il y a peu de chance que la solitude existe.

Pourtant, c’est d’autre chose dont il s’agit. Non seulement nous ne sommes pas seuls, mais parfois nous avons une sorte d’intuition qui nous fait deviner le présence de quelque chose. La preuve, presque tout le monde a eu un jour le même cauchemar : un monstre se cache sous notre lit, et il nous attrape quand on se lève pour le chercher.

Doctor Who (series 8) Ep4

A partir de ces maigres éléments, le Doc entraîne Clara, alors qu’elle se rapproche de Dany Pink dans une enquête assez fumée ou rien n’est certain. Au passage, ils vont aller au bout de l’histoire de l’univers et rencontrer le premier voyageur temporel terrien, un descendant de Dany Pink qui lui ressemble beaucoup.

L’épisode fonctionne vraiment très bien car pour une fois le mystère reste entier ou presque. Peut-être existe t’il une créature qui a évolué suffisamment pour ne jamais être vue, et la scène dans l’orphelinat laisse planer le doute sur sa possibilité. Mais le gros morceau, c’est Clara qui retourne dans le passé du Doc, à l’époque où il était enfant et qui devient la source de son cauchemar, mais aussi de sa réponse à la peur.

listen_1

Chez les Whovians, Listen divise. Encore une fois, Clara a un rôle crucial dans l’histoire du Docteur puisqu’elle influence son destin dès le plus jeune âge. D’autre part, la passé « pré-série » du Docteur est un peu tabou, et pourtant il est abordé de front.
Mais cette révélation est particulièrement bien menée, et sans détruire le personnage, elle vient encore le renforcer et expliquer une grande partie de son histoire et de son caractère.

Doctor-Who-Listen-Figure-On-Bed

Caractère dont il est encore une fois largement question. Le douzième docteur est encore plus étrange que ses prédécesseurs, plus jusqu’au boutiste, voire même égoiste. Capaldi réalise une fois de plus une performance de haute volée en alternant moments comiques et mesquins.

Malgré une certaine modestie dans l’ampleur des scènes, l’épisode tient en haleine et installe une ambiance assez flippante avec trois fois rien.

ClaraHoldsLeg

Reste quelques légères incohérences et notamment le fait que Clara parvienne à aller dans le passé du Docteur alors que Gallifrey est normalement inateingnable. A moins que ce ne soit pas Gallifrey….

Reste que Listen est sans doute l’un des meilleurs épisodes depuis bien longtemps, et qu’il risque de figurer dans les futurs top 10 de la série. Et pourtant à bien y réfléchir, l’impression d’avoir assisté à une chasse au dahut temporelle est quand même présente. C’est toute la force de cet épisode : nous faire piéger par un scénario astucieux qui pourtant ne raconte presque rien.

 

Notre avis :